AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 + rendre au crépuscule la beauté des aurores.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
T. Charlie Reynolds

avatar
- Le petit dernier -
❧ Lettres : 95
❧ Ecailles de Dragon : 0
❧ Crédits : BACLAVA (chloé la dingue) (av), exception (sign), tumblr (gifs)


MessageSujet: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Sam 3 Sep - 20:38

Thomas Charlie Reynolds

- Did you see the flares, in the sky ? -

❧ Nom : Reynolds. ❧ Prénom : Thomas, un simple prénom qu'il possédait avant. Charlie, son nouveau prénom qui lui convient aussi. ❧ Surnom(s) : Anciennement Tommy, maintenant c'est plus du "chachou" mais il ne veut pas savoir, il n'aime pas ça. ❧ Age : Vingt-quatre années se sont écoulées depuis le jour ou ses yeux se sont ouverts. ❧ Espèce : Tout ce qui est de plus humain. ❧ Lieu de naissance : Le joyeux continent de Dunaras. ❧ Localisation actuelle La petite ville d'Ombrave ❧ Métier : Serveur au salon de thé, un métier qui lui a semblé une évidence et qui lui convient parfaitement. ❧ Statut civil : Célibataire au cœur épris d'un abrutit ❧ Dans les histoires je suis : Le petit Poucet, et oui. ❧ Je ressemble à : bae Dylan O'brien
Les autres disent de moi que je suis un garçon courageux. J’avoue que parfois, je fonce tête baissée. Je suis aussi un garçon sincère, quand j’ai quelque chose à dire, je n’hésite pas. Mais parfois, j’ai tendance à être sarcastique et très rancunier, j’ai tendance à ne pas pardonner facilement quand on me fait une crasse. Il est vrai que je suis un garçon sensible, je cache beaucoup ce que je ressens, c’est pour cela que personne ne remarque ce détail. J’ai beau prendre les choses à la légère, ça ne veut pas dire que ça ne m’attend pas. Je suis passionné. Quand j’aime faire quelque chose, je le fais à fond. Aussi, je suis sociable, on me croit même populaire alors qu’en fait non. J’aime le contact et faire des rencontres, j’aime enrichir mon entourage alors quand j’en ai l’occasion, je fonce. Cependant, j’ai un gros défaut parmi les défauts, je suis très possessif. Je n’aime pas qu’on touche, ni à mes affaires, ni à mes proches. On dit de moi aussi, que je suis un garçon aventurier, voyager ? Cela ne me fait pas peur, au contraire j'adore ça. Outre cela, je suis romantique, un peu trop d’ailleurs. Mais je ne l’exprime que rarement. Je sais que lorsque j’aurais trouvé la bonne personne, là, je m’ouvrirais totalement envers elle. Je suis loyal, que ce soit en amitié, ou en amour. Et enfin, malheureusement, je suis un garçon jaloux quand l'objet de mes désirs n'est pas entre mes mains, mais entre celles d'une personne que je n'aime pas.
Mes petits Secrets
 Il déteste courir sur de longue distance, c'est pour cela qu'après son aventure il a décider de prendre son temps Le Thé. Il ne connaissait pas avant d'avoir rencontré le roi et résidé au palais quelques temps. Par chance, il y avait des fraises avec et depuis il est accro Il est tombé sous le charme d'une fille, et après lui avoir offert une bague est partit en promettant de revenir, il ne le put point  C'est un véritable boulet avec les filles, depuis son coup de cœur il ne sait pas du tout comment faire C'est un garçon très gourmand, il adore le chocolat et pourrait en manger tout le temps Très courageux, il n'hésite pas à affronter le danger les yeux ouvert, peut-être parfois, il est suicidaire Depuis qu'il a survécu à la forêt, il n'en a plus peur. Ni des loups, ni du vents, ni du noir Pas très casanier, il préfère voyager mais n'a pas eu le temps de faire ce qu'il voulait Le jeune homme est sournois, ça peut être mauvais pour lui, mais ça l'est tout autant pour vous. Il sait jouer fin, mais pas à chaque fois. Malheureusement c'est son plus gros défaut Malheureusement, il souffre également du symptôme appelé la « possessivité ». Étant donné qu'il n'est pas vraiment partageur, quand ce qu'il désire ne lui revient pas il peut être très invivable, c'est ça aussi d'être le dernier de la fratrie et de n'avoir que les restes pendant toute son enfance Têtu, buté, il possède les défauts des garçons en général, c'est dans les gênes. C'est très difficile de réussir à le faire changer d'avis Thomas à la tendance à être vraiment très rancunier, d'ailleurs faites lui une crasse, il se vengera avec toute les armes qu'il possède. Faites attention à ce que vous dites et ce que vous faites  Thomas est un garçon gentil, mais cherchez lui des poux et ça sera autre chose
Interview
❧ Ce que je pense du bien et du mal : Le bien et le mal.. Ce sont des entités ne faisant qu'une. Il ne peut pas avoir de bien, sans le mal, et inversement. On ne peut pas clairement juger sur l'un et sur l'autre. Cependant, il est clair que c'est ce qui constitua notre monde. Cependant, on ne peut pas être l'un, ni l'autre, en nous résider ces deux parties, à nous de faire le choix sur celle que nous voulons montrer.
❧ Ce que je pense de la Magie : La Magie, ça peut sortir quelqu'un d'une mauvaise situation, cependant, c'est quelque chose à ne pas utiliser de façon abusive. Une petite dose peut aider quelqu'un à avancer, une utilisation avec excès peut rendre fou, avide, et n'a pour conséquence que de mauvaises choses. Tout dépend de la personne bien sûr, mais la magie est un art complexe et sacré, qu'il faut savoir utiliser et donc le principe même doit être respecté, ce qui parfois, n'est pas le cas.
❧ Ce que je pense des aventures : J'aime les aventures. Depuis cette histoire avec ma famille, je ne cesse d'être à la recherche d'une aventure, plus grande, plus intrigante. C'est une chose qui m'attire énormément. J'ai toujours aimé le fait de ne pas avoir la même routine, voyager, rencontrer de nouvelles personnes. Bien sûr, avec le temps et le nombre d'aventures à mon compte, j'ai décidé de faire une pause. Cela ne veut pas dire que je ne compte pas recommencer une nouvelle aventure si celle-ci vient chatouiller ma curiosité.
❧ Ce que je pense d'Ormbrave et ses Langues Magiques : J'aime Ombrave. C'est une ville totalement différente de là où je suis né. Bien sûr, c'est aussi plus restreint, mais c'est là que j'ai fait le plus de rencontres. Autant de personnes aussi différentes, cela comble ma curiosité mise en arrêt suite à ma décision de résider ici sur longue durée. Afin de ne pas devoir repartir, j'ai réussi à me trouver un petit travail au salon de thé, un endroit que j'apprécie énormément. Grace à cela, j'ai pu rester ici et ne pas retourner à Dunaras. Après, cela ne veut pas forcément dire que je ne retournerais pas chez moi, j'ai juste besoin d'un autre air que celui de mon continent. Je me doute que ma présence ici est éphémère alors je veux en profiter autant que je peux. Quant aux langues magiques, elles ne sont pas si terribles que l'on pourrait croire, au contraire. Et puis, c'est grâce à une que je suis ici. Ce qui me chagrine, c'est qu'à son retour, je devrais partir.
❧ Déjà entendu parler de l'autre continent ? Ce que j'en pense : Nimiel, n'est-ce pas ? Bien sûr que j'en ai déjà entendu parler. Cependant, malgré mes nombreux voyages, je n'ai pas eu l'occasion de m'y rendre. Il est dit que là-bas règne folie, mais que leur technologie est plus avancée qu'à Duranas. Mais ce que je sais, ce qui m'attire, c'est qu'ils ont du thé. Bah quoi ?

- Qui se cache derrière ce merveilleux personnage -

Je m'appelle Laurie/Miikan, j'ai 1 000 ans, je suis au chômage ? mdr et je viens de la France. J'ai trouvé le forum via des jambes poilues et je le trouve toujours très hideux. Pour finir, je dirai : Balançoire.

Spoiler:
 


Dernière édition par T. Charlie Reynolds le Lun 5 Sep - 0:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nobodysaiditwaseasyfor.tumblr.com/
T. Charlie Reynolds

avatar
- Le petit dernier -
❧ Lettres : 95
❧ Ecailles de Dragon : 0
❧ Crédits : BACLAVA (chloé la dingue) (av), exception (sign), tumblr (gifs)


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Sam 3 Sep - 20:39

Mon Histoire

- « On dit que les rêves sont des souvenirs d'une autre vie. » -


Il n'est pas aisé d'avoir une grande famille. Il y a de grosses responsabilités et une charge énorme. C'est ce que Poucet apprit à ses dépens. Mais qui est donc Poucet ? Et bien en fait...

Il était une fois, dans une grande forêt du monde de Fairyland vivait un couple de bucherons. Ceux-ci était fort chanceux car ils avaient alors sept enfants, tous des garçons : l'aîné n'avait que dix ans alors que le plus jeune n'en avait que sept. C'était alors un miracle d'avoir autant d'enfants en si peu de temps, mais la femme du bûcheron allait vite en besogne ; Pas moins de deux à chaque fois. Malheureusement, ils étaient pauvres et leurs enfants n'aidaient pas à les sortir de leur misère. Les pauvres enfants les incommodaient beaucoup puisque aucuns d'eux ne pouvait encore gagner sa vie. Dans leur chagrin, le plus jeune de leurs enfants était fort délicat et ne disait mot. Le pauvre prenait pour bêtise ce qui était une marque de la bonté de son esprit. Il était fort petit quand il vint au monde, pas plus gros qu'un pouce, on le nomma petit Poucet. Fort malheureusement, celui-ci tait le souffre-douleur de la maison, celui à qui on donnait toujours tort. Cependant, c'était le plus fin et avisé de la petite fratrie. Bien qu'il parlait peu, il écoutait beaucoup. Une année, la famine fut si grande que le pauvre couple dû se résoudre à abandonner leurs enfants.

Un soir, les enfants étaient enfin tous couchés. Alors installé auprès du feu, le cœur serré de douleur le bûcheron s'adressa à sa femme. Il lui expliqua qu'ils ne pouvaient plus nourrir leurs enfants et qu'il ne sauvait les voir mourir de faim sous ses yeux. Celui-ci était décidé à les perdre en forêt le lendemain, car la tâche serait plus aisée, en effet, les enfants s'amuseraient trop pour remarquer leur fuite. Sa femme lui demanda s'il était capable de les perdre lui-même. La pauvresse avait beau écouter son mari lui représenter leur grande pauvreté, elle ne pouvait s'y résoudre car avant d'être pauvre, celle-ci était leur mère. Cependant, la femme consentit finalement, elle aurait été bien trop chagrinée de les voir mourir sous ses yeux de faim. La pauvre alla se coucher en pleurant alors que le petit Poucet avait ouï toute la conversation. Dans son lit, l'enfant avait entendu qu'ils parlaient affaires et s'était levé doucement pour les écouter sans être vu, alors caché sous l'escabelle de son père. Celui-ci alla se recoucher et ne dormit point de la nuit, songeant à une solution au problème.

Il se leva alors de bons matins et se rendit au bord d'un ruisseau où il emplit ses poches de petits cailloux blancs, il revint ensuite à la maison. La famille partit ensuite, mais le petit Poucet n'avaient alors rien dit à ses frères sur ce qui allait se passer. Ils allèrent dans une forêt forte épaisse où, à dix pas de distance, on ne se voyait pas l'un l'autre. Le bûcheron se mit à couper du bois et ses enfants ramassaient alors des broutilles pour faire des fagots. Le père et la mère, les voyant occupés à travailler, s'éloignèrent d'eux sans scrupules et s'enfuirent tout à coup par un petit sentier détourné. Mais lorsque les enfants se virent seuls, ils se mirent à crier et pleurer de toute leur force. Poucet les laissait crier de tout leur soûl, sachant bien qu'ils parviendraient à retrouver la maison, car en marchant, il avait laissé tomber le long du chemin les petits cailloux blancs donc il avait empli ses poches quelque temps plus tôt. L'enfant fini par se tourner vers eux et leur dit qu'ils n'avaient rien à craindre, que leurs parents les avaient abandonnés, mais qu'il allait les ramener tous chez eux. Ils n'avaient qu'à le suivre et le firent. Poucet les mena donc jusqu'à leur maison par le chemin emprunté plus tôt. Trouillards, ils n'osèrent d'abord entrer, mais se mirent tous contre la porte pour écouter ceux que leurs parents se disaient.

Dans le moment que le couple arriva chez eux, le seigneur du village leur envoya dix écus, qu'il leur devait depuis bien longtemps et donc ils n'espéraient plus rien. Cela leur redonna la vie, car les pauvres gens mourraient de faim. La femme, sous la demande de son mari partit sur l'heure à la boucherie et acheta trois fois plus de viande qu'il n'en fallait pour deux personnes. En effet, cela faisait longtemps qu'elle n'en avait mangé. Lorsqu'ils furent rassasiés, elle s'adressa à son mari en demandant ou leurs enfants pouvaient être. Après tout, ils avaient bien assez pour tous et le bucheron en fut bien puni, car c'était son idée. La femme avait peur, s'imaginant que les loups les avaient déjà peut être mangés. Dans l'élan, elle traita son mari d'inhumains de les avoir abandonnés. Cependant, celui-ci s'impatienta et la menaça de la battre si elle ne se taisait pas. Plus de vingt fois, elle avait répété qu'ils en repentiraient, mais ce n'est pas que le bûcheron ne fut peut-être encore plus fâche que sa femme, mais c'est qu'elle lui rompait la tête et qu'il était de l'humeur de beaucoup d'autres gens qui aiment fort les femmes qui disent bien, mais qui trouvent bien très importunes celles qui ont toujours bien dit. Sa femme était tout en pleurs en quémandant ses enfants. Elle le dit si fort que les enfants, alors contre la porte l'entendirent et se mirent à crier qu'ils étaient là. Elle se rua alors sur la porte et les embrassa tous.

Ils se mirent à table et mangèrent d'un appétit féroce qui faisait plaisir au père et à la mère. Ils racontèrent combien la peur fut présente chez eux dans la forêt et parlaient tous ensembles. Ces bonnes gentes étaient ravies de revoir leurs enfants, et cette joie dura tant que les dix écus durèrent. Mais, lorsque l'argent fut dépensé, ils retombèrent dans leur premier chagrin, et encore une fois le bûcheron et sa femme décidèrent de les perdre à nouveau, plus enfoncés dans la forêt. Ils parlèrent si secrètement que seul Poucet les entendis. Comme pour la fois précédente, il avait prévu de s'en sortir, mais bien malheureusement la porte de la maison était fermée à double tour.

L'enfant ne savait que faire lorsque sa mère leur donna à chacun un morceau de pain pour leur déjeuner, si bien qu'il songeât à se servir de son pain à la place des cailloux. Il sera fort les morceaux dans ses poches et leur père accompagné de leur mère les menèrent dans l'endroit de la forêt le plus épais et le plus obscur. Malheureusement, bien que Poucet ait dispersé des morceaux de pain au sol, il ne les retrouva point. Les oiseaux, ces viles créatures en avaient fait leur repas. Bien évidemment, au plus les enfants marchaient, au plus ils s'égaraient et s'enfonçaient dans la forêt.

La nuit vint suivit d'un vent épouvantable, de toute part, ils pouvaient entendre les hurlements des loups qui venaient pour les manger. Aucuns d'eux n'osaient se parler, ni même fixer autre chose que le chemin devant eux. Puis la pluie vint les enfoncer dans leur malheur, elle les perça jusqu'aux os. À chaque pas qu'ils faisaient, les pauvres enfants tombaient dans la boue, d'où ils se relevaient tout crottés, ne sachant que faire de leurs mains.

Le petit Poucet grimpa alors au haut d'un arbre afin de voir s'il ne découvrait rien : ayant tourné la tête de tous les côtés, il aperçut une petite lueur, comme celle d’une chandelle, mais si lointaine, par-delà la forêt. Lorsqu'il redescendit, l'enfant ne put plus rien voir, cela le désola. Cependant, avec ses frères, ils avaient marché quelque temps vers la lumière aperçue plus tôt. Quand il sortit du bois, il la revit et s'y dirigea avec ses frères non sans peine et bien des frayeurs : car ils la perdaient souvent de vue, surtout quand ils descendaient dans quelques fonds, mais y arrivèrent tous en entier. Une fois devant ils heurtèrent à la porte et une bonne femme vint leur ouvrir. La femme, intriguée, leur demanda ce qu'ils voulaient. Alors le petit Poucet lui dit qu'ils étaient de pauvres enfants qui s'étaient perdus dans la forêt et demandaient le toit pour la nuit. Celle-ci en les voyants si jolis se mit à pleurer en leur avouant qu'ils se trouvaient maintenant devant la maison d'un Ogre qui mange les petits enfants. Bien que tremblant de peur, Poucet marchanda avec celle-ci, car si ce n'était pas l'Ogre qui les mangeait, ce serait les loups de la forêt et qu'ils préféreraient se faire dévorer par leur hôte. Peut-être aussi, aurait-il pitié d'eux et les relâcheraient. Alors la femme de l'Ogre qui crut qu'elle pouvait les cacher à son mari jusqu'au matin, les laissa entrer et les mena se réchauffer auprès du feu. Cependant, à peine commençaient-ils à se chauffer qu'ils entendirent heurter trois ou quatre grands coups à la porte : c'était l'Ogre qui revenait.

Aussitôt, sa femme les fit se cacher sous le lit et alla ouvrir la porte. L'Ogre demanda d'abord si le souper était prêt ainsi que le vin et se mit à table. Cependant, bien que le mouton fût encore tout sanglant et d'une alléchante odeur, une bien meilleure se faufilait sous son nez. De droite à gauche, il flaira l'odeur, déclarant qu'il sentait la chair fraîche. Sa femme, eu beau essayer de le convaincre qu'il ne sentait que le veau qu'elle venait de cuisiner mais l'Ogre resta sur sa position. Mais quelque chose lui sembla étrange et alla droit au lit. Il s'exclama ensuite que celle-ci avait l'intention de le tromper et tira les enfants de dessous le lit, l'un après l'autre. Tous sans exception se mirent à genoux en lui demandant pardon. Mais l'Ogre n'était rien d'autre que cruel et pensait déjà à les dévorer. Il demanda même à sa femme de préparer la sauce pour les faire cuire et s'apprêta à les tuer. Mais la bonne femme tenta à nouveau de le dissuader, il avait assez à manger pour ce soir et qu'il aurait le temps demain. L'Ogre lui donna finalement raison et lui ordonna de les faire manger et de les coucher. Celle-ci, ravit leur porta bien à souper mais les pauvres enfants ne purent manger tant ils étaient saisis de peur. Pour l'Ogre, il se remit à boire, ravi d'avoir de quoi si bien régaler ses amis. Il but une douzaine de coups que d'habitude et dut aller se coucher.

L'Ogre avait sept filles, qui n'étaient encore que des enfants. Toutes avaient le teint fort beau, bien évidemment puisqu'elles mangeaient de la chair fraiche tout comme leur père ; mais elles avaient de petits yeux gris et tous ronds, un nez crochu et une grande bouche garnie de longues dents fortes aigües et éloignés les unes des autres. Les ogresses n'étaient pas encore fort méchantes, mais elles promettaient beaucoup, car mordaient déjà les petits enfants pour en sucer le sang. On les avait fait coucher de bonne heure, et elles étaient toutes sept dans un grand lit, ayant chacune une couronne d'or sur la tête. Il y avait dans cette même chambre un autre lit, dans lequel la femme de l'Ogre mis couché les sept enfants, après quoi elle partit s'étendre au côté de con époux.

Poucet, lui, avait remarqué que les filles de l'Ogre avaient toutes des couronnes d'or sur la tête. L'enfant craignait qu'il ne prît à leur hôte des remords de ne pas les avoir égorgées le soir même et vienne le faire au milieu de la nuit. Courageusement, il prit les bonnets de ses frères, alors posés sur leur tête et les échangea avec les couronnes d'or afin que les rôles soient inversés. Bien évidemment, l'enfant avait vu juste et l'Ogre s'était réveillé dans la nuit, pleins de regrets et avait alors attrapé son grand couteau. Il monta donc à tâtons dans la chambre de ses filles et s'approcha du lit d'ordinaire vide ou se trouvait les garçons. De sa grande main menaçante, il tâta leur tête à tous, même celle de Poucet, mais celui-ci ne dormait point et sentait son cœur battre si fort qu'il eut peur que celui-ci lâche. Mais l'Ogre avait senti les couronnes et s'était allé vers le second lit où il sentit les bonnets sous ses doigts. Victime du subterfuge, il trancha la gorge de ses sept filles avant de se retourner dormir près de son épouse.

Quand l'enfant entendit l'Ogre ronfler, il réveilla ses frères et les hâta de se rhabiller afin de s'enfuir. Tous obéirent et le suivirent alors qu'il filait doucement dans le jardin, passant aisément par-dessus les murailles. Et ils coururent presque toute la nuit, toujours en tremblant sans savoir où ils allaient. Le lendemain, l'Ogre se réveilla et demanda à sa femme d'habiller les garçons, d'une bonté qui étonna celle-ci. Mais elle s'exécuta, ne sachant pas, de qu'elle façon son époux voulait qu'elle les habille. Spectacle désolant pour une pauvre mère lorsqu'elle vit ses sept filles, égorgées et nageaient dans leur propre sang. La pauvresse s'évanouit, si bien que l'Ogre la trouvât bien lente et montât pour l'aider. La scène macabre let mit dans un tel état de colère qu'il réveilla sa femme de la plus méchante des façons afin qu'elle lui donne rapidement ses bottes de sept lieues, afin qu'il puisse les rattraper. Partant rapidement, il chercha longtemps avant de retrouver le chemin parcouru par les enfants qui n'étaient plus qu'à cent pas du logis de leur père. Ils virent l'Ogre qui allait de montagne en montagne plus aisément qu'ils avaient traversé un ruisseau. Poucet aperçu un rocher creux proche d'eux et y cacha ses frères en guettant l'arrivée de l'Ogre.

L'Ogre qui se trouvait fort las du chemin qu'il avait fait inutilement décida de se reposer, car les bottes de sept lieues fatiguent fort leur homme, et par hasard, il s'assit sur la roche ou les enfants étaient cachés. Comme il tombait de fatigue, il s'endormit rapidement et se mit à ronfler si effroyablement que les pauvres enfants eurent autant peur de lui que lorsqu'il eut tenu son grand couteau pour leur couper la gorge. Mais Poucet avait moins peur qu'eux, et leur dis de s'enfuir chez eux pendant que l'Ogre dormait profondément et qu'ils ne s'occupent pas de lui. Tous le crurent et gagnèrent vite leur maison. Poucet, s'étant approché de l'Ogre lui tira doucement ses bottes et les mit aussitôt. Celles-ci étaient trop grandes et larges pour lui ; mais les bottes étaient magiques et en un temps record, se mirent parfaitement à sa taille, comme si elles fusent crées pour lui. Ravit, il se leva et alla droit à la maison de l'Ogre ou sa femme pleurait auprès de ses filles égorgées. Habilement, il sut tromper la bonne femme qui, après l'histoire que le l'enfant lui servit, lui donna toutes ses richesses. C'est donc chargé qu'il s'en revint au logis de son père ou il fut reçu avec bien de la joie. Bien évidemment, il y eut des gens qui ne demeuraient pas d'accord sur cette dernière circonstance et qui prétendent que le petit Poucet n'a jamais fait ce vol à l'Ogre, qu'à la vérité, il avait récupéré les bottes, car l'Ogre ne s'en servait que pour courser les petits enfants. Ces gens-là assurant le savoir de bonne part, et même pour avoir bu et mangé dans la maison du bûcheron.

Peu après cela, Poucet chaussa de nouveau les bottes de l'Ogre, et s'en alla à la cour. La guerre était aux portes du pays et l'enfant, précédé par les ont dits proposa au roi de lui rapporter des nouvelles de l'armée avant la fin du jour. Le roi lui promit une grosse somme d'argent s'il en venait à bout. Le soir même, Poucet rapporta des nouvelles et cette première course l'aida à se faire connaitre. Il gagnait tout ce qu'il voulait ; car le roi le payait parfaitement bien pour porter ses ordres à l'armée ; et une infinité de demoiselles lui donnaient tout ce qu'il voulait, pour avoir des nouvelles de leurs fiancés et ce fut là son plus Grand gain. Quelques femmes le chargeaient de lettres pour leurs maris, mais elles le payaient si mal pour rien qu'il ne les prenait plus en compte. Après avoir fait pendant quelque temps, le métier de courrier et y avoir amassé beaucoup de biens, il décida de partir voyager à travers le monde, après avoir bien évidemment mis toute sa famille à son aise.

Bottes aux pieds, Poucet voyagea longtemps, rencontrant de nouvelles personnes et de nouveaux lieux. Il était âgé maintenant, assez pour se débrouiller seul. Etonnement, il avait beaucoup grandi et avait une silhouette d'un jeune homme de vingt ans. Déterminé et courageux, Poucet en avait vu bien plus qu'il ne l'aurait jamais cru. Un jour, alors qu'il se promenait dans une forêt, ses bottes aux pieds et en sifflotant, le soleil tapait fort et pleins de fatigue, il s'allongea au pied d'un arbre pour se reposer. Le jeune homme n'avait pas peur de se faire voler, car depuis son aventure, il ne dormait jamais vraiment. C'est donc en entendant un bruit qu'il se réveilla, pour se retrouver devant un homme. Surpris, il resta figé avant de se redresser et lui faire face. Avec le plus grand des hasards, il venait de rencontrer, celui qui été nommé ici le Grand méchant Loup. Pas si effrayant aux yeux de Poucet il l'écouta patiemment et expliqua que non, il n'était point le petit chaperon rouge. Quand il lui demanda son nom, le jeune homme, qui ne voulait pas qu'on le reconnaisse lui donna un nom au hasard : Thomas.

Le garçon resta un moment avec cette étrange personne, apprenant à le connaitre sans vraiment savoir qui il était vraiment. Mais Poucet, ou plutôt Thomas, ne restait jamais longtemps au même endroit, avide de découvrir le monde. Il finit par s'en aller, curieusement toujours en vie, car le loup était réputé pour être sans pitié. Le jeune homme n'était pas quelqu'un que l'on pouvait détester, il s'était fait beaucoup d'amis pendant ses voyages et revenait souvent les voir, ses bottes l'aidant bien. A l'aube de ses vingt et un ans, Thomas ne se doutait absolument pas que sa vie allait être bouleversée à ce point. Une nouvelle page se tournant, l’emmenant dans de nouvelles aventures aussi surprenantes que plaisantes.


Dernière édition par T. Charlie Reynolds le Dim 4 Sep - 20:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://nobodysaiditwaseasyfor.tumblr.com/
Hatta G. Hatters

avatar
- Hurluberlu Siphoné du chapeau -
administrateur
❧ Lettres : 1800
❧ Ecailles de Dragon : 5
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Sam 3 Sep - 20:46

CHAAAARLIIIE beer crazy pervv hohoho color lolo han strip fangirl fangirl fangirl
Bienvenue à la maison huhu Contente de te revoir dans le coin, pour la peine je te laisse faire ce que tu veux durant une semaine avec les jambes d'Hatta/Gary sourcil


Revenir en haut Aller en bas
Pryam O. Lokhart

avatar
- Mal Aimé revendeur d'arnaques -
Administrateur
❧ Lettres : 327
❧ Ecailles de Dragon : 1
❧ Crédits : (c) honeymoon & TUMBLR


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Sam 3 Sep - 20:47

Te revoilà l'accro de la jambe poilue hmhm Rebienvenue à la maison mdr


mécanique du coeur
traversant la nuit, voguant seul dans le ciel, l'horizon part, il s'enfuit dans un désert... (code by alas)
Revenir en haut Aller en bas
T. Charlie Reynolds

avatar
- Le petit dernier -
❧ Lettres : 95
❧ Ecailles de Dragon : 0
❧ Crédits : BACLAVA (chloé la dingue) (av), exception (sign), tumblr (gifs)


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Dim 4 Sep - 0:23

MERCI VOUS DEUX What a Face
OUIII mais j'abuserais de mon droit a partir du 12 tu comprendras pourquoi mdr



   - Anyway, love sucks. -
Revenir en haut Aller en bas
http://nobodysaiditwaseasyfor.tumblr.com/
Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Dim 4 Sep - 12:15

Bienvenue (re) à toi ami revenant What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Dim 4 Sep - 12:20

Bon retour à la maison, l'accro des jambes velues yy
Revenir en haut Aller en bas
T. Charlie Reynolds

avatar
- Le petit dernier -
❧ Lettres : 95
❧ Ecailles de Dragon : 0
❧ Crédits : BACLAVA (chloé la dingue) (av), exception (sign), tumblr (gifs)


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Dim 4 Sep - 16:51

Merci merci vous deux What a Face
Entre revenants on se comprend ! keu



   - Anyway, love sucks. -
Revenir en haut Aller en bas
http://nobodysaiditwaseasyfor.tumblr.com/
Hatta G. Hatters

avatar
- Hurluberlu Siphoné du chapeau -
administrateur
❧ Lettres : 1800
❧ Ecailles de Dragon : 5
❧ Crédits : Mad Hattress


MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   Lun 5 Sep - 0:44

Il est des nôôôtre

- Il a fait sa fiche comme les auuutres -

Qui c'est qui va avoir droit aux jambes velues ? sourcil pervv Bon bah parfait Mr Romantique accro de la fraise, bienvenue à la maison gniibis N'hésite pas à jeter un œil ici pour gagner une bricole (peut-être une brosse à jambes yy )

Félicitatiiiioooon !!! hughy Maintenant que tu fais partie de notre grande famille, il est temps de passer à la suite ! haa Tu peux dès à présent ouvrir une fiche de liens et topics ! Tu peux aussi aller créer un à deux petit(s) scénario(s) juste ici. Si tu as la moindre question tu peux directement t'adresser aux grands manitous ou encore te rendre . Bref tu es libre et tu peux aller gambader joyeusement ! huhu dans


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: + rendre au crépuscule la beauté des aurores.   

Revenir en haut Aller en bas
 
+ rendre au crépuscule la beauté des aurores.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loto Beauté loulou - 10 décembre
» Comment rendre le fond des noms d’icones transparent?
» VanilleChoco - La beauté du sud~
» S.O.S. Beauté, Tome 1/2
» Résiliation comment rendre la bbox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nos habitants-